Lettre ouverte #2

Je l’aime ; Il est celui que j’ai toujours voulu. Vous le connaissiez ce grand amour, ce « love at first sight ? » Ouais, va falloir s’y habituer : l’anglais, c’est mon truc ! C’est dans mon ADN et mon foie so … Get used to it !

Anyway, je disais. Ah oui, ce petit bâtard de Cupidon qui ne prévient pas mais qui débarque chez toi, jour ouvré ou pas, que tu sois épilée, … Ou pas ! Il est décidé à mettre cette personne sur ta route. Un peu naïve, quelque peu coquine, tu te dis … « Stylé ! Mon rasoir à utilisation unique que j’utilise pour la 5ème fois a une lame encore safe, qui n’a pas l’air de suffoquer sous un amas de poils pubiens, je m’épile et je reviens ! » Entre temps, tu réalises que tu as soudain cette envie de romance, de magie, cette insécurité qui te ronge et qui te donne envie d’écouter du Julio Iglesias. Attendez, j’ai peut-être fait un anachronisme et vous pourriez vous dire : « C’est Mireille Mathieu qui tient ce blog ? Mais elle est anglaise ? Ok, pas étonnant qu’elle n’ait jamais pensé à changer sa coupe de merde ». Non, non ! Moi d’ailleurs c’est Jessica. Salut ! J’ai 25 ans depuis peu, et je n’écoute Juju que lorsque c’est extrêmement nécessaire, à savoir jamais. J’prendrais bien son fils mais j’ai entendu dire qu’il avait un micro-pénis. Pas cooool Enrique !

Bon, si vous n’avez toujours pas perdu le fil : laissez-moi vous présenter « the one ». Joe n’a toujours pas grandi depuis que j’ai écrit l’article le concernant mais je l’aime comme ça (Mooooooh, c’est miiiiiiignonnnnnn !). Joe et moi, c’est toujours la grande éclate et c’est pour ça qu’on s’aime. Deux narcissiques alcooliques, aux vies bien établies : Joe est brillant, Joe est beau, Joe impressionne et il le sait. C’est un créatif, responsable d’un pôle d’une grande entreprise française … Vous l’avez tous googlé ? Alors, c’est qui ? C’est qui ? Et moi, je suis consultante en stratégie digitale depuis peu dans une agence qui déchire sa maman. Joe et moi, ça fait bientôt un an qu’on se fréquente et j’adore le regarder dormir comme à ce même moment où j’écris, même si dans ses pensées volage, il navigue vers d’autres horizons !

Lettre ouverte #1

Bonjour,

Je ne sais pas vraiment qui s’adresse ce courrier mais c’est un moyen pour moi d’évacuer des toxines qui me bouffent encore plus qu’un manque de sport, de nourriture, de sexe ou d’eau. Vous me direz, « ton énumération n’a aucun sens ! Meuf, revoie ta pyramide de Maslow ! », j’accepte. Quoiqu’il en soit, voici ce qui m’arrive, que j’aimerais partager avec toutes celles qui seraient susceptibles de s’y retrouver et ceux qui auraient les capacités intellectuelles de mieux comprendre ce que « heart broken » signifie pour une fille. D’ailleurs, je ne pense que ce soit du ressort de l’intelligence mais plus d’une sensibilité ou d’une générosité d’écoute et de remise en question. Ah les hommes et leur super capacité à entendre plutôt qu’à écouter … Bref, où en étais-je ? Ah oui. Ce fameux cœur brisé, cette désillusion d’une histoire qui nous transcende, le besoin d’être avec l’autre, le cœur qui bat lorsqu’on a un signe de vie du bien-aimé alors qu’on s’était juré que « pfff, de toutes façons je m’en tape. J’aurai des ses nouvelles quand j’en aurai. En attendant, je fais ma vie. Point barre ! ».

En réalité, on se retrouve rapidement dépendante, on a besoin de rendre le futur aussi certain qu’il fait rendre le présent si vivant et beau. La crise et les guerres dans le monde ? Très peu pour moi, je suis in love mec, tu comprends ? a-mou-reuse. Je fréquente Joe (dans un soucis de confidentialité, je modifie son prénom) depuis un peu plus d’un mois. Je le rencontre un soir sur LA plateforme incontournable de la e-rencontre : Tinder. Je pourrais vous conter les nombreuses vertus de cette application mais rédiger un billet ciblé me semble plus pertinent.

Joe n’est pas très grand, Joe est plus âgé, mais Joe n’est pas aussi pratique que ce que j’ai pu croire. Ah non ! Je me dis confiante : easy, il est plus âgé ? C’est in the pocket ! Il sera ravi de fréquenter une pétillante jeune femme de 24 ans, pleine de vie et d’énergie. Joe et moi, ça colle. Joe et moi, on s’aime. Joe et moi, on s’éclate au lit, et dans le taxi ! Mais Joe ne sait pas être rassasié. Joe, il aime les femmes et il ne s’en cache pas. On se fréquente depuis un mois et je réalise que je n’ai pas réellement de complexe d’œdipe mais que ce mec, je l’aime. Je regarde ses rides, et j’espère les retrouver sur mon visage quand il sera temps que l’on souffle nos bougies ensemble et que l’on réalise qu’on en est déjà aux noces de diamant. Mais ça n’arrivera pas. Joe est faible, et je ne peux pas accepter ce défaut chez l’être aimé et tant convoité. Il est retourné sur cette plateforme, m’a tourné le dos en pensant qu’il trouverait mieux certainement. Si c’est le cas, j’espère qu’il saura garder de moi un souvenir beau et peu ingrat.

Comment je me sens ? (les mecs, si vous avez eu le courage de lire entre les lignes jusqu’à maintenant, c’est le moment de vous munir de vos mouchoirs et de votre téléphone pour vous excuser auprès de toutes celles que vous avez laissées pour compte) J’ai mal au cœur et dans ma tête, c’est une guerre spirituelle entre moi, surmoi et ça. Je suis une misérable merde, je ne vaux rien, je suis remplaçable. Mais quand même, j’ai ce sentiment d’être spéciale qui n’en démord pas. C’est bien là, quelque part. Si je peux en être intimement convaincue, pourquoi pas lui ? Pourquoi est-ce qu’il ne le voit pas ? Elle a sûrement une plus belle poitrine que moi, jouit certainement du ventre plat 0 complexe que je n’ai pas. Pourtant, je ne comprends toujours pas. Tous les deux, on s’entend bien, on se marre bien alors pourquoi ?

Avec le temps va, tout s’en va. Cimer Léo mais je ne veux pas. Je ne veux pas l’oublier parce que ce serait céder de nouveau, et réaliser les mêmes erreurs avec un prochain mais si je ne le fais pas, je deviendrai cette vieille sorcière féministe, une frustrée qui ne trouve du réconfort que dans les contacts avec les chats ! Fréquenter ces bars toute ma vie et regarder les 12 coups de midi seule, ah non ! Je refuse. Alors qu’est ce que je dois faire ? Je pense que là-haut, ils se sont accordés sur une décision rationnelle et plutôt positive : prendre une bonne cuite, et puiser de l’énergie positive partout où on peut en trouver. On va éviter les partouzes, on va favoriser les sorties copines qui elles ont … Déjà quelqu’un et avec qu c’est le big love !

Tant pis, avec un peu de chance elles sont moches, ont pris 14 kilos depuis qu’elles sont casées et toi, il te reste ton jean objectif taille fine que tu peux maintenant porter puisque tu n’as pas la force d’avaler quelque chose depuis 3 jours. A vous, mes bien aimés lecteurs, ceci n’est pas un appel à l’aide ou au suicide. J’aime porter les choses à la dérision, moi en premier donc faites preuve de légèreté et de recul quand vous me lirez.